X

Alistair McDowall / Collectif OS'O

Théâtre Dès 14/15 ans tarif normal : 15 €
tarif réduit : 9 €
tarif solidaire : 6 €
Théâtre Louis Guilloux 2h Mobilité réduite
Distribution

Texte : Allistair McDowall
Traduction : Vanasay Khamphommala
L’Arche est agent du texte représenté.

Avec : Roxane Brumachon, Bess Davies, Mathieu Ehrhard, Baptiste Girard, Tom Linton
Dramaturgie et direction d’acteur : Vanasay Khamphommala
Collaboration artistique : Denis Lejeune
Lumières : Jérémie Papin
Scénographie : Hélène Jourdan
Costumes : Aude Desigaux
Musique et son : Martin Hennart
Maquillage : Carole Anquetil
Régie générale : Benoît Lepage
Marionnette : Marion Bourdil
Perruque : Pascal Jehan
Horloge : Fanny Derrier
Tatouages : Pique A Coeur Ink

Stagiaires : Margaux Langlest et Thibaut Wojtkowski
Production : Fabienne Signat
Diffusion - Tournée : Emmanuelle Paoletti

Biographie

Le collectif OS’O a été initialisé à Bordeaux en 2011 par Roxane Brumachon, Bess Davies, Mathieu Ehrhard, Baptiste Girard et Tom Linton. Suite à leur formation à l’ESTBA (école supérieure de théâtre de Bordeaux Aquitaine), ils désirent peindre un reflet de ce monde « désenchanté » en mettant l’humain au coeur de leurs productions. 

OS’O pour « On s’organise », montre cet esprit de débrouille, qui les amènent à (ré)écrire avec leurs propres moyens pour situer leurs pièces dans l’époque qui les entoure. Collectif associé au Gallia, théâtre de Saintes et au Quartz, scène nationale de Brest (période 2017-2020) et compagnon du TnBA de Bordeaux depuis septembre 2019.

Coproduction/Mentions
Production déléguée : le Collectif OS’O.
Coproduction : le Fonds de dotation du Quartz de Brest ; le ThéâtredelaCité – Centre Dramatique National Toulouse Occitanie ; le TnBA - Théâtre national de Bordeaux Aquitaine ; Le Gallia Théâtre, scène conventionnée d’intérêt national – art et création de Saintes; La Scène Nationale d’Aubusson ; LE CENTQUATRE-PARIS ; la Passerelle – Scène nationale de Saint-Brieuc ; le Théâtre de Châtillon ; l’OARA - Office Artistique de la Région Nouvelle-Aquitaine ; l’IDDAC – Institut Départemental de Développement Artistique et Culturel – Agence culturelle de la Gironde.
Projet soutenu par la Spedidam et le fonds de création de la Mairie de Bordeaux.
Texte traduit avec le soutien de la Maison Antoine Vitez, Centre international de la traduction théâtrale Artistes associé.e.s au Quartz, Scène Nationale de Brest, au Gallia Théâtre de Saintes et au Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine.
Un merci particulier à toute l’équipe technique du Quartz à Brest.
Artistes associé.e.s au Quartz, Scène nationale de Brest, au Gallia Théâtre de Saintes jusqu’à l’automne 2020, au CENTQUATRE-Paris à partir de 2021, artistes compagnons du Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine depuis 2019.
Le Collectif OS’O est conventionné par le Ministère de la Culture (DRAC Nouvelle-Aquitaine), soutenu par le Conseil régional de la Nouvelle-Aquitaine ; le Conseil départemental de la Gironde et la Ville de Bordeaux.
Auteur : Alistair McDowall
Traduction et dramaturgie : Vanasay Khamphommala
Alistair McDowall est représenté par L’Arche, agence théâtrale. www.arche-editeur.com

Avec le soutien de l'OARA (Office Artistique Région Nouvelle-Aquitaine)

Crédit Photo : Frederic Desmesure & Mathieu Gervaise
Bar ouvert
Le bar est ouvert chaque soir de représentation à partir de 18h30, pendant les entractes et après les représentations : restauration légère et boissons vous y sont proposées.

Coincés sur Pluton, ils attendent la navette pour revenir sur Terre… Gilda pleure. Cole se réfugie dans le silence. Clark fanfaronne. Le commandant Ray se rappelle le chant des oiseaux. Et le mystère autour de Mattie s’épaissit. Dans une capsule spatiale au réalisme cinématographique bluffant, l’équipage à la dérive guette un signe. Les repères temporels s’effacent, les tensions montent, les peurs et les sentiments enfouis refont surface, les esprits s’échauffent.

Mise en scène pour la première fois en France et interprétée par l’énergique collectif OS’O, la pièce d’Alistair McDowall débute comme un puzzle chronologique. Le spectateur recolle les morceaux de ce thriller d’anticipation haletant puis bascule dans l’observation impuissante d’une humanité en perdition. Comme dans un miroir déformant. Ou si peu.