Sandre

Le Denisyak

Théâtre tarif normal : 15 €
tarif réduit : 9 €
tarif solidaire : 6 €
Petit théâtre 1h
Distribution

Texte : Solenn Denis

Mise en scène : Le Denisyak

Avec : Erwan Daouphars

Scénographie : Philippe Casaban et Éric Charbeau

Création lumière : Yannick Anché

Création costumes : Muriel Leriche

Construction du décor : Nicolas Brun

Biographie

Collectif Denisyak

Né en 2010 de la rencontre du comédien et metteur en scène Erwan Daouphars avec l’autrice et comédienne Solenn Denis, le Collectif Denisyak c'est cette hydre à deux têtes qui s'accoquine, de création en création, avec différents artistes qui se mettent en action autour de l’écriture de Solenn et de ses pièces de théâtre à peine nées. Ensemble, allier forces et compétences, multiplier les visions et envies, et ainsi faire des créations en mille-feuilles où chacun peut penser/vivre/ressentir/expérimenter le texte afin d'ouvrir un tas de possibles à éprouver au plateau, jusqu'à trouver les lignes de force à donner à l'architecture de cette création. Puis, faire grandir ce brasier ardent et finir d'enterrer la figure du metteur en scène comme être unique et divin possédant « la » vision et de son équipe artistique à sa disposition.
En faisant de l'autrice, une co-équipière, il naît une nouvelle façon d'envisager le travail au plateau. Car, avoir l'autrice sous la main c'est posséder toutes les clefs du texte, mais aussi la possibilité de réécrire avec elle selon ce qui se passe au plateau jusqu'à la dernière minute dans une cohérence dramaturgique inébranlable, solidement ficelée par ce troisième oeil qu'est l'autrice présente chaque jour en répétition. Et la dramaturgie est plastique également, car en écrivant il naît des images. Le Collectif alors, après les avoir mis en discussion, les façonnera à la scène.
Erwan, l'autre tête de l'hydre, est, au plateau, au plus proche des comédiens et fait de la direction d'acteurs à l'oreille presque. Comme un capitaine d'équipe qui joue sur le terrain. Car c'est l'entraîneur, surveillant le match depuis son banc, que l'on a exclu en désaffirmant cette nécessité du metteur en scène. On ne s'entraîne pas, on joue. Capitaine d'équipe sur le terrain de jeu, et capitaine du navire prenant corps en l'autrice-dramaturge dans la salle. Car dans le binôme, chacun est le capitaine de quelque chose, responsable de la cohérence et de l'énergie globale.
En écrivant et languant selon ses envies et obsessions, c'est Solenn qui toujours donne l'impulse de ce que sera la création suivante du Collectif Denisyak. Et, quand la première mouture voit le jour, alors le binôme travaille à la table, dans de nombreux allers/retours cherche les failles et faiblesses du texte, le fait grandir jusqu'à tenir la version prête à être molestée et épuisée au plateau par l'équipe de création. Car, même si on se sert aussi du texte comme un véritable bâton de sourcier, et canne pour marcher droit, tant il est, classiquement, notre base, jusqu'au dernier moment nous nous laissons la possibilité d'en changer des choses, jusqu'au dernier moment rester libre.

Coproduction/Mentions
Production déléguée : Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine
Production : Compagnie du Soleil Bleu (dans le cadre de la Pépinière du Soleil Bleu & Glob Théâtre), Collectif Denisyak
Coproduction : Glob Théâtre- Bordeaux, IDDAC – Institut Départemental de Développement Artistique et Culturel – Agence culturelle de la Gironde, Aide à la production de l’Association Beaumarchais / SACD
Avec le soutien du Ministère de la Culture / DRAC Aquitaine, de la Ville de Bordeaux et des Drôles de Dames

Spectacle présenté avec le soutien de l'OARA - Aquitaine.

Suite à l’annonce du gouvernement nous demandant de fermer les théâtres jusqu’au 7 janvier 2021, nous sommes dans l’obligation d’annuler les représentations de ce spectacle. Si vous avez un ou des billets pour ce spectacle, vous trouverez les modalités de remboursement ou d’échange de votre billet sur ce lien.

Tout nettoyer, changer les draps et descendre la poubelle : une journée comme une autre ?

Une vie faite de petits riens, de petits plats mitonnés, d’enfants qui grandissent, de voyages ajournés, de beauté fanée : dans ce monologue d’une grande puissance, Solenn Denis donne la parole à une femme discrète et dévouée.

Complice de toujours, Erwan Daouphars, tout en finesse, en pudeur et en retenue, interprète magistralement cette femme meurtrie et meurtrière. Assis au bord d’un fauteuil sans âge, pieds nus, le dos bien droit, les mains pétries d’inquiétude, il déroule le récit sidérant de noirceur, au seuil de la folie.

Autour des thèmes chers à l’auteure (l’intrication étroite entre le Bien et le Mal, entre le bourreau et la victime), Sandre redonne la parole à cette femme que son mari regarde comme un meuble. Ou un monstre. Avec beaucoup d’humanité.

Le Denisyak sont des artistes associé·e·s de La Passerelle.

Avec le soutien de l’OARA (Office Artistique Région Nouvelle-Aquitaine)
OARA_CMJN-01

 

 

Le bar et la petite restauration de La Passerelle seront exceptionnellement fermés jusqu’au 20 janvier, suite aux décisions des autorités concernant l’État d’urgence sanitaire.