La Passerelle

LA MACHINE DE L’HOMME

MOLIERE / JEAN VILAR

Recommander ce spectacle
Votre nom
Votre prénom
Votre adresse e-mail
 
Nom du destinataire
Son prénom
Son adresse e-mail
Spectacle
Ajouter un message :
Stanislas Roquette (dont on a apprécié le talent de comédien dans Artaud-Barrault et Qu'est-ce que le temps ?) et Stanislas Siwiorek se sont emparés de deux textes : le Dom Juan de Molière et son commentaire par Vilar, pour nous proposer un voyage dans la liberté de l'un et de l'autre. Suivant l’intuition vilarienne d’un théâtre libérateur, et confrontant leur jeunesse à ces deux figures emblématiques, ils livrent un spectacle ludique sur la relation d’un acteur à son personnage, et d’un homme à ses obsessions : une exhortation à raviver une audace et un courage salvateurs.
Ce spectacle est conçu comme une rêverie sur le rapport particulier de Jean Vilar au personnage de Don Juan, rôle apparemment très éloigné de lui, mais galvanisant. Vilar ne cessera de trouver, dans celui qu’il aimait appeler le « Ténorio », sa part de liberté et de lumière personnelles dans la mission épuisante qu’il s’était fixée d’œuvrer pour un théâtre populaire. Plutôt qu’un séducteur, Vilar voyait en Don Juan un conquérant, le héros contemporain par excellence, celui qui combat inlassablement pour l’affirmation de soi, le refus de se sentir lié et la possibilité de choisir son destin.

Textes Molière et Jean Vilar Conception Stanislas Roquette et Stanislas Siwiorek Mise en scène Stanislas Roquette Interprétation Stanislas Siwiorek

suite du générique
jeudi 8
vendredi 9 janvier
20h30
Théâtre Louis Guilloux
Tarif D
Durée : 1h15

Inscrire une classe >

  • Conférence
      PAR DENIS GUENOUN
      vendredi 9 janvier 18h30
      Entrée libre

      Les répétitions au théâtre
      Entre pédagogie et invention
      Que fait-on pendant les répétitions au théâtre? Comment penser la nature de cette activité, si centrale pour le travail des acteurs et des metteurs en scène? S'agit-il simplement de mise en place, d'organisation de la représentation, ou bien est-ce le moment où il se produit du nouveau, où un acte artistique émerge et prend forme?