Surface scénique contemporaine

LA PASSERELLE, LIEU DE FABRIQUE ARTISTIQUE

Surface Scénique Contemporaine permet de développer la politique de résidences d’artistes au sein de La Passerelle, scène nationale, et de renforcer son rayonnement artistique et culturel. Ce projet vise à :

  • soutenir et accompagner la création contemporaine pluridisciplinaire
  • tisser des liens entre le projet artistique de La Passerelle et le développement culturel de la ville, de l’agglomération, du département et de la région,
  • créer les conditions pour mettre en relation les artistes avec les habitants,
  • mettre en valeur une politique de résidence d’artistes sur plusieurs saisons

La scène nationale soutient les projets de plusieurs artistes, émergents ou déjà confirmés,dans différentes disciplines artistiques.

Ils débordent largement le cadre régional car tous ont une visibilité nationale, voire internationale. Certains ont déjà été accueillis depuis 2014 sur des temps de création et vont continuer à être accompagnés par la scène nationale à plus long terme tout en rayonnant sur le territoire dès 2016/2017.

Lena Paugam et le collectif Lyncéus : soutien technique et logistique du Lyncéus Festival à Binic du 1er au 3 juillet 2016 / coproduction et résidence en avril et novembre 2016, puis diffusion du diptyque Au point mort d’un désir brûlant du 10 au 14 janvier 2017,  Les Sidérées – partie 1 et Les Cœurs Tétaniques – partie 2,  et partenariat avec le festival Mettre en Scène du TNB de Rennes.

Vincent Thomasset : résidence d’écriture en juin 2016 à Saint-Quay Portrieux, coproduction et diffusion de Dan Ba Kin en 2017.

Chloé Dabert : coproduction et diffusion de l’Abattage rituel de Gorge Mastromas les 16 et 17 mai 2017.

Simon Tanguy : coproduction et résidence en juin et septembre 2016, diffusion de I wish I could speak in Technicolor le 15 novembre 2016.

Elisa Le Merrer : coproduction et diffusion de La Boîte noire en janvier et février 2016, résidence de création du Cabaret précaire avec Simon Tanguy et Marzena Krzeminska au printemps 2017 au Collège de Plouagat.

Anne Théron, coproduction et diffusion de Ne me touchez pas en novembre 2015.

Ces artistes sont présents sur le territoire pour un temps plus ou moins long, consacré à un projet de création, qui offre une occasion de rencontres avec les publics : échanges avec les artistes, ateliers, répétitions ouvertes, spectacles hors les murs…

La Passerelle leur apporte une aide budgétaire en production, leur confie des lieux de répétition, les accompagne en diffusion et favorise les partages et les transmissions d’expériences au théâtre et hors les murs. Elle invente de nouvelles formes de collaboration entre les artistes et les populations pour aller chercher de nouveaux publics.

Ce « support-surface » des écritures scéniques contemporaines, incarne un désir de circulation des idées et des formes comme une invitation faite au spectateur à participer à de nouvelles pratiques artistiques. Étonnement, perplexité, amusement, émotion. En partageant ces sentiments, le spectateur est un médiateur dans la société : un citoyen.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn