Théotime Langlois de Swarte & Thomas Dunford

Musique Tout public tarif normal : 18 €
tarif réduit : 12 €
tarif solidaire : 6 €
Petit théâtre 1h15
Programme

‘’Mad Lover’’ with Thomas Dunford

Programme :

Mr Simons Prelude (excepts from from the Preludes & Vollentarys for the Violin (…) John Walsh 1705)
John Eccles Ground from the Mad Lover suite (Music for the Theater) 5’
Young Nicola Matteis Fantasia for violino solo in a minor 3'40
Nicolas Matteis Suite in G major (Ayres for the Violin Book II) 8'30
Prelude - Musica / Grave - Sarabanda - Aria Burlesca. - Capriccio - Al Genio Turchesco
Henry Eccles A new division on the ground bass of "John come and kiss me" 5 '
Henry Eccles Sonata Quinta E minor 12.33 '
Andante - Corrente - Largo - Presto
Young Nicola Matteis - fantasia violin solo Con discretione 7 '
Daniel Purcell -Sonata 6 Total 6'25
 Adagio - Allegro - Adagio - Allegro
Nicolas Matteis - Folia 3'40
Henry Purcell Prelude (except from the Preludes & Vollentarys for Violin (...) John Walsh 1705)
Henry Eccles Sonata in Sol Minor 9 '
Adagio - Corrente - Adagio -Vivace
Nicolas Matteis Suite in A minor and continuation in C major (Ayres for the Violin book I) 15 '
Prelude - Adagio -German - Aria con divisione - Sarabanda Amorosa - Gavotte - Andamento con imitazione del basso - Scaramuccia
Various bizzarri sonata sopra the vecchia sarabanda o pure Ciaccona
John Eccles Ground from the Mad Lover suite (Music for the Theater) 1'30
(77’18)

Biographie

Théotime Langlois de Swarte est un violoniste passionné et éclectique, don le répertoire s’étend du XVIIe siècle jusqu’à la création contemporaine. Il place l’imitation de la voix et l’infinie diversité de ses couleurs au cœur de sa recherche musicale autant sur le violon baroque que sur un instrument au réglage contemporain. Il se produit dans le monde entier dans des salles prestigieuses comme la Philharmonie de Berlin, le Musikverein de Viennes, le Shanghai National Art Center ou encore le Walt Disney hall de Los Angeles.
Après des études au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP) dans la classe de Michaël Hentz, il fonde avec le claveciniste Justin Taylor l’ensemble Le Consort (Premier prix et prix du public 2017 du Concours International du Val de Loire). L’ensemble collabore avec des artistes tel que Eva Zaicik, Véronique Gens ou encore le violoncelliste Victor Julien- Laferrière. Les enregistrements de l’ensemble sont couronnés en 2019 par un Choc Classica (Venez Chère Ombre) et un Diapason d’Or de l’année 2019 (Opus 1).
Très attaché au répertoire français de la charnière du XIXe et XXe siècle il fonde avec Fiona Mato et Hanna Salzenstein le trio Eluard qui a pour vocation de reconstituer l’univers des salons parisiens du début du XXe siècle.
Il se produit en musique de chambre notamment avec William Christie au sein des Arts Florissants ainsi que dans l’ensemble Jupiter de Thomas Dunford, aux côtés de Jean Rondeau, Bruno Philippe, Léa Desandre, ou encore Thibault Garcia.
Issu de la jeune génération baroque, Théotime Langlois de Swarte participe aux projets d’enregistrements des ensembles Les Ombres (Margaux Blanchard, Sylvain Sartre), Pulcinella (Ophélie Gaillard), Marguerite Louise (Gaëtan Jarry). Ses concerts font régulièrement l’objet de captations par Culturebox (Concerti de Leclair au Festival de Sablé sur Sarthe, Sept Particules au festival de Deauville, Affects Baroques avec Eva Zaicik Salle Cortot, Concerto de Vivaldi avec Jupiter) En novembre 2019 il se produit en récital dans le programme Salon des miroirs avec Justin Taylor dans la saison de la Philharmonie de Paris sur le violon « Davidoff » Stradivarius de la collection du Musée de la Musique, programme capté par France Musique.
2020 marque le début de sa collaboration avec le label Harmonia Mundi international pour ses projets en tant que soliste. En février, il enregistrera son premier disque intitulé « Mad Lover » (nom d’une oeuvre de John Eccles) en duo avec Thomas Dunford ; album consacré à la musique anglaise pour violon des XVIIe et XVIIIe siècles.
En 2020 il enregistrera aussi pour Harmonia Mundi la 1ère sonate de Fauré en duo avec Tanguy de Williencourt sur le « Davidoff » Stradivarius du Musée de la Musique. Lauréat de la Jumpstart Foundation, Théotime Langlois de Swarte joue sur un violon de J.Stainer de 1665.


Thomas Dunford

Né à Paris en 1988, Thomas Dunford découvre le luth à l’âge de 9 ans grâce à sa professeure Claire Antonini. Il poursuit ses études au Conservatoire de Paris où il obtient un premier prix à l’unanimité dans la classe de Charles-Edouard Fantin, puis à la Schola Cantorum de Bâle avec Hopkinson Smith. Il participe à de nombreuses masterclasses avec des luthistes tels que Rolf Lislevand, Julian Bream, Eugène Ferré, Paul O’Dette, Pascale Boquet, Benjamin Perrot et Eduardo Eguez.
De 2003 à 2005, Thomas fait ses débuts en jouant le rôle du luthiste dans La Nuit des Rois de Shakespeare sur la scène de la Comédie Française. Depuis, il donne des concertsdans le monde entier : Carnegie Hall et Frick Collection à New York, Wigmore Hall de Londres, Washington Kennedy Center, Vancouver Recital Society, Palau de la Musica à Barcelone, Philharmonies de Paris et Berlin, TAP Poitiers, WDR Cologne, Bozar Bruxelles… Il participe aux grands festivals tels que Saintes, Radio-France Montpellier Occitanie, Ambronay, Leipzig Bachfest, Utrecht, Folles Journées de Nantes et d’autres encore. Il joue aussi en Angleterre, Ecosse, Irlande, Islande, Italie, Espagne, Allemagne, Autriche, Norvège, Belgique, Pays-Bas, Suisse, Pologne, Hongrie, Roumanie, Estonie, République Tchèque, Danemark, Etats-Unis, Brésil, Colombie, Chili, Mexique, Israël, Chine, Japon et Inde.
Thomas Dunford est régulièrement invité à jouer ou à diriger de nombreux ensembles et orchestres parmi lesquels on peut citer L’Academy of ancient music, Les Arts Florissants, L’English baroque soloists, L’English concert, le Collegium Vocale Gent, la Cappella Mediterranea, le Monteverdi choir, Pygmalion… Il dirige aussi depuis 2017 des productions à Opéra Lafayette à Washington.
En 2018, il crée son propre ensemble Jupiter, qui regroupe des musiciens tels que Lea Desandre, Jean Rondeau, Sophie Gent, Théotime Langlois de Swarte, Bruno Philippe, Peter Whelan… Leur premier disque consacré à Vivaldi, multi-récompensé, est sorti chez Alpha en 2019. Parmi leurs prochains projets, citons un programme de Mardrigaux de Monteverdi et « Amazones », un programme de récital franco-italien avec Lea Desandre. Jupiter est d’ores et déjà programmé dans les plus grandes salles d’Europe et des États-Unis : Philharmonie de Paris, Philharmonie de Berlin, Auditorium Radio-France, ElbPhilharmonie Hambourg, Carnegie Hall de New York, Wigmore Hall de Londres, Festival de Pâques d’Aix-en-Provence…
Précédemment, Thomas Dunford a reçu de nombreuses récompenses pour ses disques solo (chez Alpha) : Lacrimae en 2012, Labirinto d’Amoreen 2014 et les Suites de Bach solo en 2018.
Thomas Dunford est attiré par une grande variété de genres musicaux, dont le jazz, et collabore dans des projets de musique dechambre avec les chefs et solistes Paul Agnew, Leonardo Garcia Alarcon, Nicola Benedetti, Keyvan Chemirani, William Christie, Jonathan Cohen, Christophe Coin, Iestyn Davies, Lea Desandre, Isabelle Faust, Bobby McFerrin, Philippe Herreweghe, Monica Huggett, Alexis Kosenko, Francois Lazarévitch, Anne-Sophie von Otter, Trevor Pinnock, Patricia Petibon, Sandrine Piau, Anna Prohaska, Hugo Reyne, Anna Reinhold, Jean Rondeau, Skip Sempé, Jean Tubéry… Il joue notamment au sein de plusieurs duos constitués : avec le claveciniste Jean Rondeau, avec la mezzo-soprano Lea Desandre ou encore avec le contre-ténor Iestyn Davies.

Coproduction/Mentions
Crédit photo : Julien Benhamou
Bar ouvert
Le bar est ouvert chaque soir de représentation à partir de 18h30, pendant les entractes et après les représentations : restauration légère et boissons vous y sont proposées.

Mélancolies baroques

Un violon et un luth s’accordent pour nous embarquer sur les traces d’un amant inconsolé dans les ruelles londoniennes du 17e siècle, à l’époque de Charles II. Derrière les instruments, deux artistes de la scène musicale baroque, parmi les plus brillants de la jeune génération : le violoniste Théotime Langlois de Swarte et le luthiste Thomas Dunford. Les deux prodiges imaginent un programme à partir d’une composition de John Eccles écrite pour la pièce de théâtre de John Fletcher, The Mad Lover. Autour du thème de la folie amoureuse, le violon et le luth s’associent à merveille dans une vision intimiste de la musique anglaise, à mi-chemin entre musique savante et populaire. Sur scène, l’envoûtant duo rassemble ces fragments amoureux et nous plonge avec volupté au cœur d’une interprétation aussi virtuose qu’émouvante.