into-the-wall

Katell Hartereau et Léonard Rainis

Danse Dès 14 ans tarif unique : 6 € Forum 45 min. Mobilité réduite
Distribution

Conception : Katell Hartereau et Léonard Rainis
De et par Joachim Maudet, performeur
Alexis Poillot, lumière
David Salaün, vidéo
et avec Margaux Visset

Production et diffusion : Charlotte Cancé

Biographie

Léonard Rainis

Chorégraphe Formé à l’école nationale de danse de L’opéra de Paris, et après avoir travaillé aux ballets de Monte-Carlo puis à l’opéra national du Rhin (William Forsythe, Lucinda Child, Georges Balanchines, Bertrand D’At, Jean-Christophe Maillot, Jo Stromgren, John Neumeier, José Limon, Uwe Scholz, Davide Bombana, Hans Van Manen, Maurice Béjart) il devient artiste indépendant et travaille en Europe avec des chorégraphes contemporains : Marco Santi, Rui Horta, Hans Neuenfels, Felix Ruckert, Mikael d’Auzon, Vidal Bini, Toufik OI, Suzanne Frey, Gabriella Riccio, Laura Frigato, Morgan Bellanger. Ce travail de création en free lance l’oriente vers un désir de vivre d’autres expériences et l’incite à créer son propre langage chorégraphique. Il crée le pôle en 2007 à Lorient avec Katell Hartereau, projets autour de la danse, du corps et du mouvement, de l’individu et du groupe.


Katell Hartereau

Chorégraphe Formée à la Folkwanghochschule sous la direction de Pina Bausch, elle mène une carrière d’interprète en Suède avec la compagnie NorrDans: Rui Horta, Tedd Stoffer, Stefen Petronio, Uri Ivgi, Jeanne Yasko, Roberto Zappala. Très vite, elle s’aperçoit que son engagement dans la danse se situe au delà de la pure interprétation. C’est en Allemagne qu’elle mènera ses premières expériences en tant que porteuse et accompagnatrice de projets. Aujourd’hui, elle met sa créativité et ses compétences au service du pôle en collaborant artistiquement et en créant une synergie autour du chorégraphe Léonard Rainis.


Joachim Maudet

Artiste chorégraphique Originaire de Bretagne, Joachim Maudet se forme au conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris ainsi qu’à l’université Paris VIII en licence art et spectacle chorégraphique. Suite à sa formation, il part à l’étranger où il dansera pour l’Akram Khan Dance Compagnie en Angleterre, la Noord Nederlandse Dans en Hollande ainsi que le National Dance Company Wales. Il revient en France en mai 2013 et commence à collaborer avec plusieurs chorégraphes tel que la compagnie La Vouivre – Samuel Faccioli et Bérengère Fournier, avec la cie CUBe – Christian Ubl , la cie F – Arthur Perole, la cie Interscribo – Tatiana Julien, Lea Tirabasso. Depuis 2013, il collabore avec le pôle – Léonard Rainis et Katell Harterau sur plusieurs performances et sur l’ensemble des créations plateau : every little mouvement en 2014, dance with dinosaurs en 2017, THE PERFECT MOMENT. en 2019, The Wall en 2021. Il commence également son propre travail et crée la compagnie les Vagues en 2017. Sa première pièce ‘sto:riz voit le jour en 2019.

Coproduction/Mentions
Production : LE PÔLE
Coproductions : Le Phare – Centre Chorégraphique National Du Havre Normandie direction Emmanuelle Vo-Dinh, Le Triangle – scène conventionnée danse à Rennes, Le Mac Orlan à Brest.
Accueil en résidence : La Balise - Lorient, Théâtre du Marché aux Grains - Bouxwiller, Centre Chorégraphique National de Caen en Normandie direction Alban Richard
Aide à la résidence : Danse à tous les étages, dans le cadre du réseau Tremplin

le pôle est soutenu par l'Etat - Préfet de la région Bretagne – DRAC Bretagne au titre de l’aide à la structuration, le Conseil Régional de Bretagne, le Département du Morbihan, la Ville de Lorient.
Bar ouvert
Le bar est ouvert chaque soir de représentation à partir de 18h30, pendant les entractes et après les représentations : restauration légère et boissons vous y sont proposées.

Un homme dont le visage se cache sous une cagoule scintillante incarne toutes les tensions sous-jacentes d’un monument de l’histoire du rock : The Wall de Pink Floyd. Épopée visionnaire et planante, l’album a traversé les âges et les époques. Et c’est ce qui intéresse les chorégraphes Katell Hartereau et Léonard Rainis : mettre en corps ces nappes lyriques et sombres, s’attacher aux textes visionnaires qu’ils traduisent en surtitres. Cette performance coup de poing brise les murs, brique à brique, et révèle avec acuité les errements complexes d’une humanité confrontée aux bouleversements de son ère.