Yannick Haenel et Arthur Nauzyciel
à La Passerelle

_DSC3892

Arthur Nauzyciel, metteur en scène et Yannick Haenel, auteur du roman Jan Karski, étaient les invités de La Passerelle, hier. En effet, c’était la journée Plan Académique de Formation organisée avec l’Education Nationale. Elle a réuni une vingtaine d’enseignants du secondaire public (toutes matières confondues), venant des quatre coins des Côtes d’Armor. Le point de départ de la journée était le spectacle Jan Karski [mon nom est une fiction] programmé jeudi et vendredi à la Passerelle. Logique, les thèmes abordés par cette pièce rejoignent les programmes du lycée : la Seconde Guerre Mondiale en histoire ou encore le héros en cours de français.

La matinée a commencé par une intervention d’Alex Broutard, notre directeur, dans laquelle il a expliqué son choix de programmer la pièce Jan Karski [mon nom est une fiction] : « Dans mon choix de programmation, je cherche à montrer le monde, l’homme, et l’homme dans le monde ».

_DSC3885

Yannick Haenel a ensuite pris la parole pour une longue discussion. Un échange riche et intéressant pour les enseignants autour du thème, de l’histoire, de l’écriture et de l’avenir du livre. Il faut préciser que lui-même a été enseignant. Il a évoqué son obsession pour le personnage de Jan Karski. Il est même parti en road trip en Pologne pour en savoir plus : « La figure de Jan Karski me hantait, je voulais voir les camps ». Il nous a aussi raconté comment il a écrit ce livre, sa volonté d’intégrer de la fiction, car il ne voulait pas écrire seulement un roman historique.

_DSC3895 _DSC3913 _DSC3920

Après une pause repas bien méritée, les enseignants ont poursuivi la journée avec une projection de Quatre jours, trois nuits, quatre camps à La Bobine suivi d’un échange avec Marc Bergeron, professeur d’histoire au Lycée Rabelais. Dans ce film, Marc Bergeron a pu recueillir les témoignages de Ida ou encore Jules qui ont vécu la réalité des camps d’extermination. Il est surtout retourné sur place en Pologne avec eux pour qu’ils lui racontent leurs histoires. Cette intervention fut un moment fort et plein d’émotions pour toute l’assistance.

Pour conclure cette journée de formation, Arthur Nauzyciel, directeur du TNB et metteur en scène de Jan Karski [mon nom est une fiction], est revenu sur sa rencontre avec le livre de Yannick Haenel et son envie d’en faire du théâtre, car ce texte raisonnait par rapport à son histoire familiale. Il a aussi évoqué sa mise en scène, plus particulièrement l’importance de Jan Karski en tant que personnage dans la troisième partie de la pièce, ainsi que son processus de recherche qui l’a amené à cette création.

_DSC3939 _DSC3938

Après un bilan très positif, les enseignants ont pu, s’ils le souhaitaient, assister à la rencontre publique avec Yannick Haenel, organisée au Petit Théâtre à 18h30.

Je profite de cette chronique pour vous raconter que si des journées comme celle-ci ont lieu c’est parce qu’on a un agent infiltré à La Passerelle. Jean-François Grosset, professeur conseiller relais-théâtre, accompagne les enseignants dans la mise en œuvre de leurs projets d’éducations artistiques. Il fait le lien entre nous, structure culturelle, et l’Education Nationale !

_DSC3923

A bientôt pour de nouvelles aventures à La Passerelle,

#Justine

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn
< Précédent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *