UND glace please

Ce mardi et mercredi – vous n’étiez sans doute pas passé à côté – nous accueillons Und mis en scène par Jacques Vincey et interprété par Natalie Dessay. Outre la prestation époustouflante de la cantatrice pour son premier rôle au théâtre – dont vous pouvez trouver des critiques toutes plus élogieuses les unes que les autres ici, ici ou encore ici – c’est surtout le décor qui a attiré mon attention.
Seule, sur un plateau nu, Natalie Dessay joue avec une trentaine de blocs de glace au-dessus de la tête. Et ils fondent, ils ruissellent, et ils tombent en plus !

UND c°Christophe Raynaud De Lage 2

En mettant de côté l’aspect symbolique de l’installation, c’est surtout son aspect technique qui m’a intrigué  :
comment diable est-ce possible de transformer une scène de théâtre en igloo, puis, à la fin de la pièce, quand tout a bien fondu, en piscine olympique ?
Pour le savoir, j’ai donc demandé à Pascal, le régisseur général de La Passerelle.

Ainsi, ce n’est pas moins de 5 bons gros congélateurs qu’il faut pour stocker les 450kg de glace utilisée pour les deux représentations. Toute cette glace est taillée par une des rares entreprises spécialisées dans le domaine en Europe et est ensuite acheminée depuis Narbonne (son lieu de confection) en camion frigorifique pour chaque représentation. Les blocs sont ensuite percés et accrochés sur les ponts au-dessus du plateau au dernier moment, juste avant le début du spectacle. Il y en a environ 30 suspendus, et heureusement pour Natalie Dessay qui est juste en dessous, ils ne tombent pas tous en même temps…

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn
Suivant > < Précédent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *