Chloé Moglia

Chloé Moglia se nourrit de croisements d’expériences : passée par le Centre national des arts du cirque de Châlons-en-Champagne, elle s’exerce aux pratiques de développement de l’Attention et se forme aux arts martiaux. En 2009, elle implante sa structure, l’association Rhizome, en Bretagne et inscrit son face-à-face avec le vide dans une perspective d’expérimentation.

« Être associée à La Passerelle, c’est entendre passerelle et voir un pont suspendu : du vide au-dessus, du vide au-dessous et entre les deux, une ligne de crête qui permet de passer, de relier des mondes, et de circuler librement de l’un à l’autre…Quels mondes ? Une infinité ! Je rentre dans ce tissage par ce théâtre-passerelle où je rencontre une équipe, puis autour, une ville, et plus loin encore jusqu’à la mer et dans les terres, un bout du monde. Partout des femmes, des hommes, des enfants, singularités irréductibles qui viennent eux aussi traverser la passerelle et y relier des mondes. Chaque venue au « théâtre qui est bien plus qu’un théâtre » constitue une passerelle. Des milliers de passerelles s’entremêlent. C’est alors que dans passerelle j’entends aussi passereaux, ces oiseaux dont le chant nous enchante encore, passerelles entre terre et ciel, parole et musique, là où l’air est celui qu’on chante autant que celui qu’on respire. » Chloé Moglia


Ses créations

L’oiseau-lignes

Pour sa première saison en tant qu’artiste associée, Chloé Moglia a investi le théâtre Louis Guilloux, pour un spectacle coproduit par La Passerelle, L’oiseau-Lignes. Un dialogue entre l’artiste associée et la compositrice Marielle Chatain. « Le spectacle est vraiment né de discussions autour d’un tissage commun fondé sur cette notion de lignes. Lesquelles renvoient autant à l’écriture et au dessin qu’à une quête existentielle reposant sur des appuis ou des références pas toujours aussi solides qu’on le croit. […] Au fur et à mesure de ma traversée au-dessus du vide, tout se pète. Après moi le déluge… Pourtant, ce qui pourrait déboucher sur quelque chose de dramatique et violent se révèle au contraire résolument doux et, ainsi, sans doute plus propice à une écoute sensible et attentive. » expliquait la performeuse dans un portrait composé par Libération.

Lien vers la page du spectacle (saison 19-20)


Rhizikon

« Découvrir autrement son univers« , l’un des souhaits de cette saison 20-21 sur le travail de Chloé Moglia. Deux cartes blanches lui seront attribuées au cours de la saison, mais aussi la diffusion de son spectacle Rhizikon, spectacle souvent présenté aux lycéens, ici présenté à tou·te·s. Interprété par Fanny Austry, un retour à la performance physique, visuelle et auditive aussi bien pour les spectateur·rice·s que pour l’interprète qui confie que cette période a modifié son rapport au corps dans ses performances. L’opportunité de présenter ce spectacle à tout âge en permettant de conserver l’échange qui clôt la représentation est de s’apercevoir que les réflexions autour de ces questions du risque sont bien transgénérationnelles et que chacun a une réflexion pertinente à apporter à cette question.

Lien vers la page du spectacle (saison 20-21)


Ses Actions

Projet de Territoire

Investie dans les projets liés à l’éducation artistique et culturelle menés par La Passerelle. Chloé Moglia, Fanny Austry et la compagnie Rhizome a été amené à travailler autour de la notion du risque avec des 3e SEGPA du Collège Jean-Moulin ainsi que des 2nd et 1ères Métiers de la Mode et du Vêtement du Lycée Jean Moulin. La compagnie souhaite permettre aux élèves de trouver « des libertés dans des zones de contraintes afin de s’émanciper des codes de notre société« , pour cela des ateliers autour des sensations de la suspension et du déséquilibre ont été initiées au sein du Forum de La Passerelle.

Chacun de ses ateliers apportaient une partie d’exercice physique et de mise en situation mais aussi et surtout des temps d’échanges avec la compagnie et les artistes autour de ces notions et des interrogations apportées par ces adolescent·e·s. Pour ces futures jeunes adultes officiant dans les milieux de la mode et du textile, ces réflexions seront primordiales dans une confiance en leurs corps qui se répercutera sur leurs créations.


Elles ont aussi mené des ateliers auprès de jeunes de la PJJ 22 et leurs encadrants en lien avec les spectacles reçus en 19-20. Public éloigné des pratiques circassiennes, les amener à travailler avec ces artistes a engendré une curiosité et une volonté de suivre les spectacles de Chloé Moglia.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn