Chargement des événements

Le Festival 360degrés va connaitre sa 10ème édition en 2018 : attention, la chaleur va monter ce sera le Festival 3600 degrés… !

Au long des éditions il a accueilli de nombreux artistes qui nous ont surpris, intrigués, séduits, dérangés, interpellés, convaincus, émus, questionnés, fait douter, fait rire…Tous ont en commun d’être talentueux et de ne nous avoir jamais laissés indifférents.
Le programme complet de la 10ème  édition est communiqué courant janvier. On peut annoncer :

  • « Ensemble/ensemble », la nouvelle création de Vincent Thomasset, une pièce sonore incarnée, spatialisée, où la subjectivité des quatre interprètes se mêle aux fragments auxquels ils prêtent voix, sur la notion de traversée : traversée d’un texte, d’un pays, d’un siècle, d’une vie. Vincent Thomasset est artiste associé à La Passerelle où on a déjà pu voir : « Médail décor », « Lettres de non-motivation ». Cette saison, on découvrira également « Lettres (itinérantes) de non-motivation » du 29 au 31 mai sur le territoire costarmoricain.
  • « Moto-cross »  de  Maud le Pladec . La chorégraphe-danseuse, directrice du Centre Chorégraphique National d’Orléans, interprète un solo partant de son propre récit de vie et de danseuse dans une ambiance eighties « culture pop ». On y retrouve Vincent Thomasset qui a participé à l’écriture du spectacle et Julien Tiné, le Discograph résident de La Passerelle.
  • « Blind » du musicien-compositeur Erwan Keravec qui nous démontre que la musique n’a parfois pas besoin des yeux. Entouré de quatre excellents musiciens, il nous plonge dans une chorégraphie sonore, les yeux bandés. Une aventure à vivre.
  • « Release Party » de la chorégraphe Florence Casanave qu’on a découvert dans son superbe solo « Youtubing » lors de la 8ème édition du festival. Elle mène une recherche sur la question de la reprise, interrogeant la manière dont les danses du passé parviennent au présent. Dans une scénographie composée par Vitrine en Cours (collectif de projectionnistes), les trois danseuses, le musicien et la chorégraphe s’attachent à transmettre les sentiments de vertige, de vitesse, d’absurde et d’onirisme propres au film « Entr’acte » de René Clair.
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn
A quel moment voulez-vous être alerté ?



Votre numéro de mobile :
Veuillez saisir les
caractères ci-dessus :
Le bar est ouvert chaque soir de représentation à partir de 19h, pendant les entractes et après les représentations : restauration légère et boissons vous y sont proposées.